E-Voucher : On dit quoi en Guinée ?

L’opération de distribution de semences, à travers la plate-forme e-Voucher se poursuit dans la région administrative de Kankan. 10000 producteurs, parmi ceux identifiés l’année dernière, sont concernés cette année dans cette région. Dans la localité de Balato, à Kouroussa, les producteurs ne tarissent pas d’éloges pour ce nouvel outil. « Il y a quelques années, témoigne Ibrahima Camara, producteur de maïs, nous éprouvions toutes les peines pour nous procurer les semences. Parfois avant que nous n’arrivions sur les lieux d’enlèvement, nous n’étions pas sûr de trouver les produits sur place. Aujourd’hui, nous sommes d’abord informés à travers un message avant de nous rendre chez le fournisseur. »

Des acteurs de terrain ne cachent plus leur satisfaction pour et outil. Un des Conseillers agricoles de la zone, explique l’engouement suscité par le nombre de producteurs ayant effectivement bénéficié des services de la plate-forme. « A Balato nous avons une cible de 48 bénéficiaires concernés. A ce jour, 32 producteurs ont pu entrer en possession de leurs semences. », rapporte Douno Ismaël.

Mais ajoute-il, « il y a eu au départ quelques soucis dus à la difficulté d’utilisation des textos par les bénéficiaires. C’est désormais chose résolue, car nous les formons quasi-quotidiennement. »

Faranah, la prochaine étape…

Vu les succès enregistrés en 2018 lors de son démarrage, l’opération a connu une extension à la ville de Faranah. Le PPAAO et ses partenaires techniques ont envisagent l’étendre ainsi progressivement à toutes les régions du pays. Faranah constitue la région ciblée cette année. Et 20 000 agricultures bénéficieront des bons électroniques, sur l’ensemble du réseau.

Un bilan a d’étape encourageant

Un total de 96 000 agriculteurs (dont 22,7% de femmes) a été enregistré sur la plateforme du programme de bons électroniques. La subvention a couvert 40% des dépenses d’engrais et d’herbicides pour les petits agriculteurs, 30% pour les agriculteurs de tailles moyenne et 20% pour les gros agriculteurs.   «

En termes d’assistance deux types de kits ont été distribués : un kit de riz, contenant 50kg de riz, 150 kg de NPK et 100 kg d’Urée, et un kit de mais contenant 35 kg de semences de maïs, 100kg de NPK et 50kg d’Urée. Globalement, les « petits exploitants » devaient recevoir 1kit, les « agriculteurs moyens » 2kits, et les « gros agriculteurs » cultivant des superficies supérieures à 5ha, 4kits. Chaque kit devrait donc permettre de cultiver efficacement environ1ha de terre.

Au cours de la phase pilote, 5000 kits composés de semences, d’engrais et d’herbicides (dont 4000 kits de riz et 1000 kits de maïs) ont été distribués, pour un total de 2000 tonnes de semences de riz, 35 tonnes de semences de maïs, 700 tonnes de semences, 15450 tonnes d’Urée et d’engrais NPK et 25000 l d’herbicide.  Pour cette phase trois catégories de producteurs ont été identifiées en fonction de la taille déclarée de leur exploitation (moins de 2 ha, 2- 4 ha, plus de 5 ha) représentant respectivement 82%, 11% et 7% des bénéficiaires.

Au total, 1261 bénéficiaires sur 3500 soit 36% des bénéficiaires étaient des femmes. Ce pourcentage était de 39% pour les petits exploitants (moins de 2ha).

 

Ajouter un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

« je viens de recevoir un message m’informant de l’arrivée ds semences et je suis là pour enlever mon stock. Tout se passe bien et nous demandons aux autorités et à la Banque Mondiale de prolonger cette façon de faire. Nous remercions le PPAAO pour cette belle initiative. »

 

 

E-Voucher_témoin_3
Yaya KANTE Jeune producteur de maïs à Biakourou (Kankan)

« Il y a quelques années, nous éprouvions toutes les difficultés pour recevoir nos semences. Parfois lorsque nous arrivons, nous étions obligés de retourner au village, parce que rien n’était prêt. C’était des va-et-vient incessants. Aujourd’hui, le E-Voucher a tout réglé. »

E-Voucher_témoin_2
Nounfodé TRAORE Producteur à Konkiniko (CU de Kankan)

«J’ai enlevé mes intrants hier, avec joie. Je n’ai jamais pensé auparavant qu’un tel système pouvait prendre peu de temps. Nous remercions le PPAAO, pour avoir mis en place le E-voucher.»

E-Voucher_témoin_1
Frantama SidibéProducteur de maïs à Dabadou (Balandougou)
EnglishFrench