Jeunes et opportunités d’emploi dans le secteur agricole : le PPAAO lance une campagne de sensibilisation

Initié sous le thème « Quelles opportunités d’emploi pour les jeunes dans le secteur agricole en milieu rural », la campagne de sensibilisation des leaders d’association de jeunesses, lancée par le PPAAO/WAAPP en collaboration avec le ministère de la Jeunesse et de l’emploi jeunes a pris fin ce 18 octobre 2019.

Environ 150 jeunes, leaders de différents associations et/ou organisations au sein de leurs communautés ont participé aux sessions d’échanges d’information et de sensibilisation sur la question. Ces jeunes viennent de 31 préfectures relevant des 7 régions administratives de la Guinée.

Les échanges ont tourné autour des problématiques suivantes : Comment les jeunes perçoivent-ils l’Agriculture en ce 21ème ? Quel rôle peuvent-ils y jouer pour contribuer au développement socio-économique de leur régions, et surtout comment doivent-ils s’y prendre ?

L’objectif visé par le PPAAO/WAAPP à travers cette démarche était d’informer ces jeunes leaders sur l’éventail d’opportunités que leur offre le Projet pour une insertion socio-professionnelle réussie et utile dans le secteur agricole. Les rencontres se sont déroulées sous forme de partage d’expériences, de récits de succès et de cas concrets d’appuis que le PPAAO a apportés ces dernières années à des jeunes et des femmes évoluant dans le secteur agro-sylvo-pastoral en Guinée.

En effet dans le cadre de son appui à la réinsertion des jeunes dans le secteur agricole, le Projet a financé et accompagné la formation de 15 jeunes chercheurs pour des masters dans divers domaines de recherche en Guinée (CERE, UGLC, ISAV), à Montpelier en France et au Burkina. Dans ce même élan, le PPAAO a financé une série de formation diplômante, au profit de jeunes cadres et techniciens de la vulgarisation (10), de l’Élevage (5) et de la Pisciculture (5) à l’Université d’Ibadan (au Nigéria)

De manière concrète, et en termes d’appui à la réinsertion, le Projet a financé les plans de développement des plateformes, élaborés dans le cadre de leur création. Ainsi, 71 plans d’affaires sont financés et répartis dans les catégories suivantes : 12 ESOP, 16 PI, 43 ENAE pour un montant global de 4 861 737 737 GNF

A date, la mise en œuvre du Projet a permis de toucher 137 371 nouveaux bénéficiaires directs supplémentaires en 2018 (dont près de 58 660 femmes, soit 42,7%), avec une réalisation globale en termes de nombre de bénéficiaires directs de 308 450 dont 42,1% femmes et 27% de jeunes (soit 103%).

D’autres illustrations de ce que le Projet a apporté dans la même dynamique ont été apporté. Il s’agit notamment de :  30 Unités de couveuses de moyenne capacité, employant 100 jeunes dans les principales zones, pour une moyenne de 6 GIE d’éleveurs par couvoir. Ces activités avicoles permettront dans un délai rapide de faciliter la couvaison de plus 800.000 œufs par an créant ainsi des revenus additionnels et de la valeur ajoutée aux à l’élevage des poules et pintades et le ravitaillement régulier de 180 fermes en poussins ou oisillons. Ces exemples concrets d’accompagnement ont permis aux jeunes de comprendre que le secteur agricole nourrit bien son homme.

Au cours des échanges, les jeunes ont eu l’occasion d’exposer leurs contraintes et préoccupations dans ce secteur qui les attire de moins en moins.

Il s’agit pour l’essentiel des contraintes suivantes : l’accès insuffisant de certains aux informations sur les opportunités réelles d’emploi dans ce secteur, les difficultés d’accès jeunes à la terre et aux services financiers.

A l’issue des sessions de sensibilisation, et pour coller à la réalité, des visites ont été organisées sur plusieurs sites exploités par des de jeunes agri-preneur. Les jeunes se sont dits confiants et se sont engagés à en faire la restitution à leurs associations respectives et à se tourner davantage vers les filières agricoles.

 

 

 

Ajouter un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

« je viens de recevoir un message m’informant de l’arrivée ds semences et je suis là pour enlever mon stock. Tout se passe bien et nous demandons aux autorités et à la Banque Mondiale de prolonger cette façon de faire. Nous remercions le PPAAO pour cette belle initiative. »

 

 

E-Voucher_témoin_3
Yaya KANTE Jeune producteur de maïs à Biakourou (Kankan)

« Il y a quelques années, nous éprouvions toutes les difficultés pour recevoir nos semences. Parfois lorsque nous arrivons, nous étions obligés de retourner au village, parce que rien n’était prêt. C’était des va-et-vient incessants. Aujourd’hui, le E-Voucher a tout réglé. »

E-Voucher_témoin_2
Nounfodé TRAORE Producteur à Konkiniko (CU de Kankan)

«J’ai enlevé mes intrants hier, avec joie. Je n’ai jamais pensé auparavant qu’un tel système pouvait prendre peu de temps. Nous remercions le PPAAO, pour avoir mis en place le E-voucher.»

E-Voucher_témoin_1
Frantama SidibéProducteur de maïs à Dabadou (Balandougou)
EnglishFrench